Partagez | .
 

 To drunk to fuck ¬

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 0:13

Oakley Hendrix Hudson
Freedom's just another word for nothing left to lose.


PRÉNOMS : Oakley Hendrix. + NOM : Hudson. + AGE : 23 ans. + NATIONALITÉ : Anglaise. + ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro. + DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 09/09/91 Londres. + ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE : Tatoueur, Dealer. + STATUT CIVIL : Célibataire. + GROUPE : cristobal balenciaga. + CAMP : later.

AVIS SUR LA MODE :
La mode en général ne m'intéresse pas, j'suis un type paumé donc je n'ai pas forcément les moyens de m'offrir des fringues qui coûtent la peau du cul. Quand j'étais à San Francisco j'ai défilé pour une amie, mais c'est tout. Mon univers ne tourne pas autour de la mode ni des créateurs, je vis très bien avec mes fringues à rabais, j'arrive même à me créer un look génial à petit prix. Pourquoi gaspiller son argent dans quelques bouts de tissus hors de prix quand on peut reproduire le même résultat à faible coût?

TON STYLE VESTIMENTAIRE :
J'ai un style plutôt gothique je dirais. J'aime tout ce qui représente la mort, les trucs gore, j'adore le noir, tout ce qui sort de l'ordinaire quoi. J'aime bien les vestes en cuire, les grosses bottes noirs, les bonnets avec un texte quelconque, les jeans plutôt ajustés. Du moment que ça représente un truc bizarre, moi ça me plaît. Je n'aime pas être comme tout le monde, j'aime créer mon propre style sans tomber dans le ridicule.

ATTACHEMENT AU STYLE :
Personnellement, je me fiche complètement de ce que j'ai l'air quand je sors de chez moi. Je prends ce qui me tombe sous la main et puis basta. Que ce soit un jogging, un jean, une chemise ou un t-shirt, dépareillé ou pas ça m'importe peut. Je ne suis pas là pour impressionner qui que ce soit, je fais ce qu'il me plaît et si les gens ne sont pas content, ils regardent ailleurs tout simplement.

TA DERNIERE TENDANCE :
Je dirais veste en cuire, veste en jeans, pantalon ajusté, botte style armée, bonnet plutôt ordinaire, t-shirt avec tête de mort., chemise à carreaux, casquette d'équipe sportive.

TON ICÔNE MODE :
Rick Genest. Parce qu'il est original à 110%. Il est tatoué de la tête aux pieds, il opte pour un style gothique qui invite les gens à le craindre, c'est ce que j'aime chez lui. Il rend des trucs banals, extraordinaire.







LES ANECDOTES


Fumeur compulsif, dépendant à la drogue autant qu'à la clope, deux cafés minimum pour bien commencer la journée, toujours parti dans ses rêves, dessine dès qu'il à un crayon et une feuille sous la main, alcoolique la plupart du temps, adore prendre de longue marche au beau milieu de la nuit, glisse une main dans ses cheveux lorsqu'il cherche quelque chose à dire ou lorsqu'il est décourager, allergique au latex, soda-masochiste, il ne respecte rien ni personne, déteste les fruits de mer, il n'aime pas particulièrement rire, déteste les chiens, il rêve de devenir un dessinateur professionnel, il adore se battre à la moindre occasion, il bosse pour le plus ingénieux des mafieux qui soit, il s'exprime mieux par croquis qu'avec des mots.

CARACTÈRE DU PERSONNAGE



Côté caractère je dirais que je suis aussi effrayant que mon physique, du moins c'est ce qu'on dit. Je suis une personne plutôt solitaire, je n'aime pas qu'on s'intéresse à moi, à ce que je dis ou encore à ce que je pense. J'ai l'impression que personne ne peut me comprendre, qu'il n'y à que mon art qui puisse me permettre d'être moi-même. Je suis difficile d'approche, je suis très réticent face aux nouvelles rencontres, ce qui veut dire que je fait difficilement confiance aux gens. Quand on ne me connaît pas, on ne me parle pas, tel est ma devise. On dit souvent de moi que je suis une personne mystérieuse, que je cache quelque chose sous cette montagne de tatouages, qui sait, ils ont peut-être raison...

Je suis arrogant, plutôt vulgaire et j'adore me battre. Je ne me laisse pas marcher sur les pieds, je parle très peu, mais je n'hésite pas à me servir de mes poings pour me faire comprendre lorsqu'on ne se donne pas la peine de le faire autrement. Quand je m'adresse à quelqu'un je le fais souvent avec sarcasme, les trucs sérieux ce n'est pas vraiment mon genre. Je dirais plutôt que lorsque que je considère qu'une chose n'est pas importante à dire, je me contente simplement de fermer ma gueule. Gaspiller ma salive pour des trucs inutile, ça ne fait pas partie de mes habitudes.

Sinon, en temps normal je dirais que je me fais plutôt discret, j'aime me fondre dans le décor, du moins essayer. Je suis du genre studieux, le mec qui fait son truc et qui désir réussir tout ce qu'il entreprend. Je suis ambitieux, peut-être un peu trop rêveur … Il va sans dire que je n'ai pas que des défauts, bien sûre, mais je préfère les mettre en avant plan pour vous effrayez le plus possible et vous tenir à distance. Libre à vous d'essayer d'en apprendre plus sur moi.

Code:
<div class="img3info">✽  Dawid Auguscik<span><center> - Oakley H. Hudson - <br><a rel="nofollow" target="_blank" class="postlink" href="http://getthelondonlook.forumactif.org/u57"><div class="lienbullebot">mp cette personne</div></a></center></span> </div>

pseudo & prénom :
Beloved aka Jenny
âge :
24 ans et toute mes dents.

pays :
Canada / Québec plus exactement.
type de personnage :
inventé.

où as-tu connu le forum :
par une keupine, celle qui vient de s'inscrire sous le pseudo de Plum.

ce que tu en penses :
J'aime bien le concept, l'idée et le design.

petit mot de la fin :
i'm a banana



codes par get the london look, toute reproduction est interdite


Dernière édition par Oakley H. Hudson le Mar 6 Mai - 2:21, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 0:13

this is the story of my life
et ici c'est la citation à écrire, pas trop longue
'' Désolée madame, mais ... on en a perdu un ... ''

On en a perdu un, comme s'il s'agissait d'une vulgaire portée de chiots. Et pourtant, c'est bien d'un bébé que l'on parle, c'est bien d'un enfant et d'une mère qui partagent inconsciemment la même douleur d'avoir déjà perdu un être cher. Car des deux jumeaux, il n'en reste qu'un. Le plus fort a sus prendre le dessus. Mais le plus faible a déjà dû s'avouer vaincu. On avait réussi à sortir le premier bébé. Un garçon, un beau bébé en pleine forme qui pleura à peine. L'autre bébé n'avait pas pleuré du tout et on s'était tout de suite inquiété. La petite était devenue bleue, on ignorait si on pouvait la sauver. On n'avait pas pu finalement. Du moins c'est ce que cette mère à toujours fait croire à son fils ... À peine née et tristement décédée. Mini Hudson était apparemment morte avec à son compteur dix -huit minutes de vie. En vrai c'est le temps qu'il a fallu à sa mère pour la chasser de sa vie en la remettant à son père. No happy ending. La première chose que Oakley découvrit ce jour-là, ce fût les larmes de sa mère. Chose qu'il fut amené à découvrir très souvent après cela. Beaucoup trop souvent. Trop pour ne pas s'y noyer également. Pourquoi elle s'était débarrasser d'un de ses enfants, je crois que le jeune Hudson ne le saura jamais.

Oak' avait six ans et à six ans on comprend beaucoup plus de choses qu'il n'y paraît. Par exemple, là assis dans la cuisine en train de dessiner, quand il regardait sa mère cuisiner en chantonnant, il semblait voir la matrone italienne dans toute sa splendeur. Toute en rondeur, toute en douceur avec son parfum de vanille et sa poitrine réconfortante. Ses gestes transpiraient l'insouciance. Son sourire transpirait l'amour. Ses caresses transpiraient la tendresse. Et pourtant son regard trahissait une angoisse de chaque jour, chaque instant. Elle avait le regard d'une bête traquée qui chaque jour de sa vie, regarde par- dessus son épaule pour s'assurer qu'elle n'est pas suivie, que son petit et elle ne soient rattrapés. Dans ses paroles, il sentait que sa mère n'était pas tout à fait normal. Elle avait juste cette fâcheuse tendance à l'appeler Bambi, à le traiter comme une petite fille, allant même jusqu'à l'habiller comme une véritable petite poupée. Elle le prenait pour sa soeur jumelle, il le savait. Jamais elle ne se remettrait de ce qu'elle avait fait de sa cadette. Peut-être même qu'elle aurait voulu qu'elle soit à sa place ... mais le fait qu'il se laisse faire sans jamais protester, ça lui faisait plaisir à elle, lui détestait ça, mais il l'aimait alors il la laissait faire.

Les autres enfants aussi voyaient que sa mère était un peu folle alors ils tiraient sur ce fil. Ça avait le don de le rendre fou de colère. Alors, il se jetait sur eux sans aucun scrupule. Il ne permettrait jamais à qui que ce soit de dire du mal de sa mère. Jamais. Six ans et déjà un sens très prononcé des valeurs. Et un caractère à toute épreuve. Il savait se faire discret, préférant de loin sa belle artistique au monde extérieur, mais il revenait vite sur terre quand on s'en prenait aux siens. Il ne savait pas de quoi sa mère avait peur, il ne savait pas contre quoi elle se battait fondamentalement, mais sa mère était terrifiée et c'était suffisant pour qu'il veuille la protéger.

Et il écrit, il griffonne, il noircit ses pages de dessin parce que l'enfant hypersensible à besoin d'une carapace, que l'enfant grandit et que la mère qu'il aime tant ne peut pas le protéger, n'en est pas capable. Alors, il doit tout faire tout seul, comme un grand, il se forge une forteresse imprenable ou personne n'entre sans son consentement. Rares sont ceux qui l'obtienne. Oakley grandit, Oak' s'affirme, mais il reste discret et n'est plus aussi prompt à imposer sa vie à coup de poings. Il n'en a rien à faire du monde, tout ça le fait rire. Toute cette hypocrisie qui essaie de l'étouffer en se liant à lui. Tout ça, il l'écarte d'un coup de crayon, d'un coup de pinceau, car à défaut de le trouver en ce bas monde, il s'est construit son Eldorado. Le dessin et l'écriture sont devenus son refuge et la peinture son chemin. Il trace tous ses rêves, tout ce qu'il ne peut dire du bout des lèvres, Car ce monde qui l'enferme ne l'écoute jamais vraiment. Alors, il peint et repeint son univers, dans ce monde fade qui manque de couleur, il n'y a rien pour lui. Alors, il prend ses pinceaux et il mari les couleurs pour mieux se moquer de ce monde et de ses valeurs bancales. Mais ses toiles ne sont pas ses seules confidentes. Il existe ce fantôme qui le hante. Il n'en parle à personne, mais elle suit ses pas parce qu'elle est sa soeur, sa jumelle et que même la mort n'a pas pu les séparer. Du moins c'est ce qu'il croit. Il la voit souvent miroitant dans un bout de soleil, souriant de se sourire qu'il connaît par coeur sans l'avoir jamais connu vraiment. Elle chuchote parfois à son oreille lorsqu'il pense, elle se blottit dans ses bras quand il a besoin. Elle est toujours là, sa soeur, l'essence de sa vie pour toujours graver en lui. Alors, il la peint, encore et encore, elle est son modèle. Elle est sa muse et il ne veut pas garder sa beauté que pour lui. Involontairement il veut que tout le monde sache que sa sœur n'est jamais morte ce jours-là. Alors, il rêve à deux, il vit pour deux. Parce que ça fait un moment que sa mère l'a quitté. Comme Bambi, il s'est retrouvé seul très tôt.

La perte d'une mère, la découverte d'un père, Oakley était passé du statut de petit protégé à proie traquée. Il ne savait pas qui était ce père, mais il savait que sa mère en avait peur. Lorsque celui-ci était venu le chercher, Oak' s'était enfui. Il ne voulait absolument rien à voir avec ce père dont il savait si peu de choses : il était Anglais, avec un fort goût pour les contes du roi Arthur, surtout pour Gauvin, d'où son prénom. Mais si l'homme avait débarqué, campé dans un costume hors de prix, il n'avait absolument pas voulu avoir affaire à lui, ni vivre avec lui. Il s'était enfui loin de chez lui et de ses racines, loin de ses souvenirs pour atterrir à San Francisco. Il n'avait que quatorze ans. Il a fui un moment, de ville en ville avant de revenir ici pour affaire presque dix ans plus tard. Ce qu'il ignorait toujours, c'est que l'homme qu'il croyait être son père, ne l'était pas réellement. Il était l'ex-conjoint de sa mère à l'époque ... et sa garde lui revenait de droit à la mort de celle-ci, Oakley ne l'avait jamais aimé ... et encore moins aujourd'hui au vu de sa façon de le traité. Enfin libéré de l'emprise de cet homme, le jeune homme décida de reconstruire sa vie dans cette grande ville. Il se trouva un petit boulot - pas nécessairement correct- et fit appel à l'homme pour qui il travaillait à San Francisco - son mentor-  afin qu'il puisse lui filer quelques bon contacts à Londres, histoire de le guider dans la bonne voie.

Les années ont passées et Oakley est devenu un homme, il a réussi à reprendre le dessus sur sa vie. Un cursus en art, un appartement et l'histoire de sa vie tatouée sur la peau, il est prêt à tout affronter, la vie n'a pas été sympathique avec lui, mais il n'est pas prêt à tout abandonner maintenant. Il a énormément changé, mais au fond, il garde toujours ses bonnes valeurs, seul l'avenir nous diras ce qu'il deviendra réellement. Au fait, il n'est toujours pas au courant pour son père biologique ainsi que sa soeur, espérons qu'ils refassent surface pour apaiser le coeur du tatoué.

codes par get the london look, toute reproduction est interdite

Revenir en haut Aller en bas



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 6:26

Tu es si rapide.  keu woops 
Revenir en haut Aller en bas



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 9:33

Rapide et canon en plus de ça.  chou 
Bienvenue par ici  heartbeat 
Revenir en haut Aller en bas



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 10:12

PLUM ♥ coquine va, fit vite la tienne qu'on s' amuse un peu /PAN

RAPH ▶ merci merci et puis Julian quoi il est mangeable aussi (a)
Revenir en haut Aller en bas



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 12:20

Bienvenue parmi nous avec le sublime Dawid !
Revenir en haut Aller en bas
http://getthelondonlook.forumactif.org/t138-les-minijupes-c-est-



will you get the london look ?

avatar


« i'd tell her to speak up, tell her to shout out talk a bit louder ».



MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 15:58

bienvenue  slapète 

-- - - - - - - - - - - - - - --

Δ never had much faith in love or miracles. never wanna put my heart on deny. but swimming in your world is something spiritual. i'm gonna get every time you spank the night. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas



will you get the london look ?

avatar


« i'd tell her to speak up, tell her to shout out talk a bit louder ».



MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    Mar 6 Mai - 16:19

mon dieu j'adore le perso  chou bril  il s'entendra avec everdeen mdr je te valide, c'est bien écrit en plus  coeur1 

welcome in london my dear !
god save the balenciaga's


Hello petit pudding, buveur de thé und so weiter diraient nos amis les allemands. Je t'annonce que tu es bel et bien validé(e) et tu vas pouvoir désormais rp avec nous au sein de la capitale ! Tu peux donc désormais vérifier si ton avatar est bien répertorié dans le bottin des avatars. C'est bon ? Il est temps pour toi de te lancer dans la gestion de ton personnage en demandant un logement et recenser au plus vite ton métier dans les sujets concernés (on clique sur les liens c'est magique comme le célèbre british potter). Pour te lancer dans le rp, ça sera toujours plus pratique de créer ta fiche de liens dans la bonne partie du forum et réclamer des liens aux autres ! Tu peux finaliser la création de ton personnage en créant son téléphone ou son twitter, pour ça direction la section social networks. C'est bon ? Tu peux donc rp, n'hésites pas à voter aux topsites en échange de points. D'ailleurs, il est nécessaire que tu te renseignes sur le système de points afin de les réclamer dans ce sujet. N'oublies pas d'aller régulièrement lire les articles de vogue qui poseront les règles à suivre ou à casser ! Tu peux aussi aller faire les jeux ou encore te rendre dans le flood pour faire connaissance avec les autres !


codes par get the london look, toute reproduction est interdite


-- - - - - - - - - - - - - - --

Δ never had much faith in love or miracles. never wanna put my heart on deny. but swimming in your world is something spiritual. i'm gonna get every time you spank the night. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


will you get the london look ?







MessageSujet: Re: To drunk to fuck ¬    

Revenir en haut Aller en bas
 

To drunk to fuck ¬

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Let's get drunk and tell eachother everything we're too afraid to say sober [Feat. Alejandro] ~Le Marais~
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)
» You're young, you're drunk, you have knives; shit happens...” [Lou&Sin]
» ▷ I used to be love drunk but now I'm hungover

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET THE LONDON LOOK. :: welcome to london.-