Partagez | .
 

 #01 •• you make me lose my mind. feat; Natheo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: #01 •• you make me lose my mind. feat; Natheo.   Mar 29 Avr - 13:46

You make me lose my mind
featuring; natheo & erin


« Et là, tu donnes une dose de morphine, normalement… ». Il était plus de vingt heures. La nuit étaient tombée depuis de longues minutes sur la belle capitale anglaise et pourtant, deux élèves étaient encore présents au sein de la très prestigieuse université Londonienne. Installés dans un des laboratoires de la bâtisse, Erin étouffa un bâillement, la fatigue commençant à se faire ressentir. Elle n’avait pas vu les heures passer et heureusement qu’elle était bien vue, car le concierge n’était pas vraiment adepte des petits rigolos qui s’amusaient à rester jusqu’à pas d’heures dans l’enceinte de l’université. Pour l’instant, personne n’était venu les interrompre, ainsi, les deux étudiants avaient pu avancer leur devoir assez rapidement. « Voilà, j’pense qu’on a terminé », finit par dire Luka, arrachant un sourire à la demoiselle. C’était pas trop tôt. Si elle avait travaillé seule, elle aurait terminé depuis longtemps, mais bien sûr, elle ne dit rien. Au moins, elle l’avait aidé et il n’allait pas se ramasser au prochain examen. Elle attrapa alors ses affaires, qu’elle avait étalé sur le bureau en face d’elle et rangea le tout dans son sac en bandoulière. Elle n’avait qu’une seule envie : rentrer chez elle, manger un bout et se mettre au lit. De toute façon, elle n’avait rien de mieux à faire. « En tous cas, merci pour ton aide, j’sais pas ce que j’aurais fait sans toi ! », une fois de plus, elle lui sourit gentiment, ne sachant trop quoi dire. Recevoir des compliments n’avait jamais été son fort… à croire que c’était une chance que son petit ami ne lui en fasse pas souvent !
Cinq minutes plus tard, ils étaient en bas du bâtiment, près à sortir de l’université. Erin resserra son gilet autours d’elle. Le moi d’avril touchait à sa fin, mais il faisait un peu froid et elle regretta un peu de ne pas avoir pris une veste, ce matin là, en sortant de chez elle. Parfois, elle rêvait de vivre ailleurs. Dans le sud, là où la chaleur se fait présente, matin comme soir. Mais non. Elle aimait son pays et depuis quelques années, elle avait pris gout à sa vie Londonienne, bien différente de celle qu’elle avait vécu les dix-huit premières années de sa vie. Fordwich lui manquait un peu quelques fois. La campagne et le calme étaient apaisants, mais Londres était sa nouvelle maison et pas question de la quitter pour retourner à sa vie d’avant. « Tu rentres comment ? », lui demanda alors son charmant camarade de classe. Erin avait bien le permis de conduire, mais pas de véhicule. Non pas qu’elle n’en avait pas les moyens, bien au contraire, papa et maman se chargeaient constamment de ses finances, mais c’était simplement que dans une ville comme Londres, avoir une voiture n’était pas nécessaire. Elle ne supportait pas vraiment les embouteillages et tourner pendant trente minutes pour se trouver une place de parking, non merci. Elle préférait largement prendre les transports en commun et puis de toute façon, son appartement n’était pas situé très loin de son université. Peut-être une demi-heure à pied, elle n’avait pas à se plaindre. « Je vais prendre le métro », avec un peu de chance, elle n’attendrait pas longtemps. Ses parents n’aimaient pas trop le fait qu’elle prenne les transports sous terrains, surtout de nuit, mais jusqu’ici, elle n’avait jamais eu d’ennuis. Parfois, quelques garçons pouvaient se montrer envahissants, mais rien de bien alarmant. « J’te ramène si tu veux ? », lui proposa-t-il, faisant tourner son trousseau de clefs entours de son indexe. Elle mit cinq bonnes secondes à peser le pour du contre… et au final, le pour l’emporta. Luka était un camarade de classe, un ami à elle qui plus est, elle n’avait rien à craindre. Et puis, ça irait plus vite que de prendre le métro. Alors, après un sourire timide, elle accepta.

Rapidement, Luka se gara en bas de son immeuble, la rue s’étendant devant eux parfaitement propre. Erin avait la chance de vivre au sein d’un des plus luxueux quartiers de la capitale. Merci papa, merci maman ! « Et bien… merci ! », lança-t-elle, brisant le léger silence qui avait pris place. Luka ne lui répondit rien, se contentant de la regarder, un sourire pendu à ses lèvres. Elle n’aimait pas trop ce genre de situation, parce qu’étrangement, ça la rendait mal-à-l’aise… Encore plus lorsque les paroles de Lucy lui revinrent en tête : « il veut sortir avec toi, ça se voit ! ». Elle n’y croyait pas, certaine que Lucy se faisait des idées. Luka était beau garçon, mais… il ne s’intéressait pas à une fille comme elle, elle en était persuadée. Et puis de toute façon, elle était prise et il le savait… même si parfois, ça n’est pas le genre de choses qui frêne les envies de certaines personnes. Elle aimait Natheo et n’imaginais pas le moins du monde le tromper. Elle était bien trop loyale et fidèle pour cela et Luka n’était qu’un simple ami, rien de plus… Néanmoins, parfois, elle se laissait aller à imaginer une vie sans Natheo. Peut-être sortirait-elle avec Luka ? La vie serait plus simple et peut-être même plus romantique. Elle l’imaginait parfaitement lui offrir des fleurs, lui préparer des petits dîners romantiques… Choses qu’elle n’avait pas en fréquentant Natheo. Elle ne s’en plaignait pas, parce qu’au final, elle était avec lui et c’était son choix, mais parfois, elle aurait aimé se sentir importante à ses yeux. La vérité était telle qu’Erin était persuadée que si Natheo était avec elle, c’était pour la simple et bonne raison qu’elle le changeait un peu de son quotidien. Elle n’était rien d’autre qu’une attraction à ses yeux et elle l’acceptait… Elle était un peu masochiste sur les bords, mais elle l’aimait ce garçon. Elle l’aimait et ça la détruisait peu à peu.
« Bon… je vais y aller… merci encore ! ». Et sans même lui laisser le temps de dire ou faire quoique ce soit, elle détacha sa ceinture, ouvrit la porte et sortit à toute vitesse du véhicule. Secrètement, elle avait peur qu’il tente quelque chose. Un rapprochement quelconque qui aurait donné raison à Lucy. Erin vivait dans le déni. Luka était un ami, point barre. Aucune ambigüité.  
Lorsqu’elle arriva devant la grande porte du hall de son immeuble, elle tapa rapidement le code de l’interphone et ouvrit la lourde porte en bois. Elle lança un dernier sourire à Luka, installé derrière le volant de sa voiture et s’engouffra dans l’immeuble, attrapant ses clefs dans son sac à main. Elle monta les deux étages à pied et traversa le long couloir avant d’atteindre la porte de son appartement. Il était vingt-et-une heures, lorsqu'elle mit sa clef dans la serrure, étonnée que la porte ne soit pas verrouillée à double tours. Elle était pourtant persuadée que ce matin là, en sortant de chez elle, elle l’avait fermé à clef. Peu importait. Elle ouvrit la porte, fronçant immédiatement les sourcils à la vue de la lumière du salon allumée. Fermant la porte derrière elle, Erin posa ses clefs sur le meuble dans l’entrée, suivies de près par son sac, son manteau et ses chaussures. C’est à pas de loup qu’elle se rendit dans la pièce à vivre, le bruit de la télévision parvenant à ses oreilles. Et c’est là, alors qu’elle venait d’entrer dans le salon, qu’elle le découvrit. Natheo. Trois jours qu’elle n’avait pas de nouvelles de lui, et le voilà dans son salon, affalé dans le canapé, regardant ce qui semblait être un combat de boxe à la télévision. Elle grimaça légèrement, partagée entre la joie de le voir et la colère qu’il se pointe chez elle comme dans un moulin. Elle se fit une note silencieuse de changer l’emplacement du double de ses clefs caché sous le pot de fleur dans le couloir… mais au final, elle aimait ça quand il se pointait sans prévenir… Cependant, ce soir là, elle était assez énervée contre lui. Trois jours qu’elle l’appelait, lui envoyait des messages sans avoir une seule petite réponse. C’était souvent comme ça. C’était lui qui menait le jeu et elle avait un peu de mal à le vivre sans en souffrir. « Salut… », souffla-t-elle, bien trop surprise pour hausser tout de suite le ton et lui faire savoir son mécontentement… Et de toute façon, elle en était presque incapable. Là, affalé dans son canapé, il semblait plus séduisant que jamais. Pourtant, il n’avait rien de spécial. Natheo était habillé comme à son habitude, d’une manière assez décontractée. Ses cheveux étaient en pétard et sa barbe mal rasée. Il semblait un peu fatigué, ou alors avait-il consommé de la drogue ? Les deux étaient possible et alors qu’elle se rendait dans sa cuisine, rattachée au salon, elle attrapa une salade déjà préparée, dans un bol qui se trouvait dans le réfrigérateur et s’installa derrière le canapé, sur la grande table du salon. Elle ne savait pas vraiment quoi dire ou quoi faire. Parfois, lorsqu’elle venait lui faire un câlin, il pouvait se montrer un peu violent en la rejetant… de ce fait, elle n’osait plus vraiment faire le premier pas vers lui. En réalité, il lui faisait perdre la tête et elle détestait ça.
fiche par blvd of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas
http://getthelondonlook.forumactif.org/t150-hakuna-matata-mais-q



will you get the london look ?

avatar


« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. ».



MessageSujet: Re: #01 •• you make me lose my mind. feat; Natheo.   Lun 5 Mai - 4:53


Erin&Natheo
Une journée de merde, voilà ce que venait de vivre Natheo, une véritable journée de merde. En réalité il venait d’en vivre trois. Il y a trois jours, alors qu’il était au boulot en train de s’occuper d’un client pour un gros tatouage il avait reçu un coup de téléphone. Rapidement il avait appris que son père avait eu un accident de voiture après avoir conduit bourré et qu’il était à l’hôpital. Natheo n’avait jamais été proche de son père, après la mort de sa mère quand il avait dix ans, son père c’était mis à boire et était devenu violent avec lui. Natheo n’avait jamais trop riposte avant d’être en âge de ne plus se laissé faire. Puis quand il avait eu seize ans il était partit, en ayant marre de se faire taper dessus quand son père avait décidé de le faire. Il était partit et c’était démerder pendant des années, ayant même des fois du vivre dans la rue. Ca bien sur personne ne le savait, personne ne savait son passé, pas même sa petite amie. Il n’avait pas envie de lire cette pitié dans les yeux des gens, il n’avait pas envie qu’on le plaigne pour ce qu’il avait vécu. Oui ça n’avait pas été facile mais c’était du passé. En apprenant la nouvelle il c’était dit qu’il ne devait rien à son père, qu’il n’avait jamais rien fait pour lui mais il n’arrivait pas à se changer l’idée sur le fait qu’il était toujours son père, malgré tout ce qu’il avait fait. Pourtant c’était à cause de lui que Natheo était devenu comme ça, c’était à cause de son père qu’il ne croyait pas que l’amour pouvait être une bonne chose, qu’il était devenu ce mec froid et distant avec tout le monde. Natheo était foutu il le savait, il savait qu’il ne méritait pas d’être heureux. Alors sans vraiment savoir pourquoi il avait pris un billet de train pour Bradford ou il c’était rendu à l’hôpital. Il ne savait même pas pourquoi il était venu, pourquoi il avait voulu voir l’homme qui pendant six longues années lui avait fait vivre un enfer. Alors au lieu d’aller à l’hôpital il c’était rendu au cimetière ou était enterré sa mère. Il avait passé des heures assis à lui raconter ce qu’il c’était passé toutes ces années. Si elle le voyait aujourd’hui elle serait surement déçue, vraiment déçu et il le savait. Qui voudrait d’un fils qui remballe tout le monde, qui n’est pas aimable. Un fils qui fume, qui boit et qui de temps en temps se drogue. Qui voudrait d’un fils qui ne sait même pas traiter sa petite amie correctement. Erin… Une fille en or qu’il avait la chance d’avoir dans sa vie et qu’il traitait comme une merde. Il se dit bien souvent, bien trop souvent qu’il ne pouvait plus vivre sans elle et c’était vrai, pourtant il ne cessait jamais d’agir comme un idiot avec elle. Elle était douce, gentille, patiente et lui en était tout le contraire. Il ne la traitait pas bien, ne lui offrait jamais de fleurs, ne lui disait même jamais de compliment. Il voulait mais il avait peur. Il avait peur qu’en s’ouvrant à elle, quand lui disant ses choses, qu’en changeant elle en parte. Mais pourtant son comportement actuel aussi allait surement finir par la faire partir. Alors au final il ne savait pas quoi faire, il n’était pas doué avec les filles, il n’avait jamais eu de copine auparavant. Seulement quelques filles de passage pour une nuit. Et c’est ce qu’il avait confié à sa mère ce jour-là. Il lui avait qu’il aurait aimé qu’Erin soit là, qu’elle lui dise quoi faire, qu’elle le réconforte, mais elle ne savait rien de son passé. En fait elle ne savait quasiment rien de lui tout simplement. Quand le soleil c’était couché il était partit trouvé une chambre d’hôtel ou passé la nuit et le jour d’après il c’était rendu dans tous ces endroits qu’il avait aimé étant petit. Puis il avait repris le train pour Londres. De nombreuses fois durant ces trois derniers jours il avait pris son portable et écrit un message à Erin en lui disant qu’elle lui manquait avant de l’effacer, puis un autre en lui disant qu’il avait besoin d’elle, avant de l’effacer aussi. Il avait tenté des vingtaines de fois de prendre son courage à deux mains pour l’appeler mais non, ça n’a jamais marché. Au fond c’est ce qu’il était, un lâche, un lâche qui n’était même pas capable de rendre la fille qu’il aime heureux. Parce qu’il aimait Erin, oh que oui, et pas qu’un peu ! Il l’aimait comme il n’avait jamais aimé personne et pourtant il était de très très loin le prince charmant. C’est pourquoi après avoir passé la journée dans son lit, tournant et retournant les choses il avait fini par se rendre chez elle. Il avait besoin de la voir, ne serait-ce que de la serrer contre lui. Il avait besoin de sentir sa présence, son odeur. Après avoir pris une douche, enfile un joggin, un simple t-shirt et un bonnet il avait pris la route de l’appartement de sa petite amie qu’il connaissait par cœur. Il c’était arrêté devant un petit super marché, avait attrapé un paquet des bonbons préféré d’Erin avant de le reposer. Puis de le reprendre. Et de le reposer. « Est-ce que je devrais lui prendre ca… ? Peut-être que ça lui ferait plaisir… » Si il y a bien une personne qui pouvait le changer, qui pouvait le rendre un peu meilleur c’était bien Erin. Même si il ne le montrait pas même si il ne prouvait pas, il aurait décroché la lune pour elle… Prenant finalement le paquet de bonbons il c’était remis en route.  Il était monté jusqu’à l’étage, avait saisi les clés sous le pot de fleurs et était rentré dans l’appartement. Il posa le paquet de bonbons dans la cuisine, avait saisi un post-it et avait écrit ‘Je sais que ce sont tes préférés’. C’était la première fois qu’il tentait un petit truc stupide comme ça et ça lui faisait peur. Il c’était alors installé dans le canapé pour regarder un match de boxe en attendant le retour d’Erin. Il ne suivait pas vraiment en réalité, bien trop plongé dans ses pensées pour suivre ce qu’il se passait à la télé. Comment faisait-elle pour le supporter sincèrement ? Il ne faisait rien pour lui montrer qu’il tenait à elle, a part sa jalousie maladive et le fait qu’il adorait s’endormir avec elle dans ses bras. Il voulait changer, il voulait avoir le courage de faire des choses pour Erin, il voulait un jour être capable de lui parler de son passé sans avoir peur d’être jugé ou de simplement voir ce regard de pitié. Si il y a bien une personne chez qui il ne voulait pas être vu différemment c’était bien elle. Il adorait cette façon qu’elle avait de le regarder, cet amour qu’il y avait dans ces yeux, un amour qu’il n’avait plus vu depuis la mort de sa mère. Natheo c’était toujours habitué à être un solitaire, à ne dépendre de personne, mais plus il passait de temps avec sa petite amie, plus il semblait dépendant. Il n’osait mémé pas imaginer dans lequel il serait si un jour elle venait à se lasser de lui, ce qui arrivait surement bien trop tôt. « Salut… » Ne l’ayant pas entendu rentré, il sursauta. Elle était là et toujours aussi magnifique. Elle semblait fatiguée, surement autant que lui. Il n’eut pas le temps de répondre qu’elle était déjà dans la cuisine. Erin avait eu l’habitude de venir l’enlacer, mais à cause de son comportement de crétin elle ne le faisait plus et encore une fois Natheo s’en insulta intérieurement. Quelques minutes plus tard elle se posa a la table derrière le canapé. « Okay… Essaye de faire un effort aujourd’hui Natheo. » Se dit-il avait d’éteindre la télé et de se lever. D’un pas mal assurer, comme si c’était la première fois (et c’était un peu le cas) il s’avança vers elle et alla l’enlacer par derrière, déposant un baiser dans son cou. « Comment était ta journée ? » « Okay c’est pas trop mal pour un début, essaye de continuer comme ça » Se dit-il encore une fois avant de se poser à côté d’elle. Les marques d’affection était rare venant de Natheo, la plupart c’était plutôt ce bras autour de la taille de façon possessif, ou alors il l’entourait de ses bras quand ils dormaient ensemble, mais jamais vraiment de petites attentions. En regardant Erin il se rendit compte qu’elle était sur les nerfs, et bien rapidement il se dit que c’était surement de sa faute alors il se renferma une fois de plus un peu sur lui.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
 

#01 •• you make me lose my mind. feat; Natheo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» i'm gonna make you lose your mind... Tacia Pearson, Nice to meet you..
» Ron - Help me lose my mind
» NOGITSUNE. « Lose your mind. » || Validée
» People's nightmares make me stronger you know | feat. Minerva Orland
» Ramsay - Help me lose my mind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET THE LONDON LOOK. :: habitations.-